Home » En mer » 30 septembre 2011, au large de la Mauritanie

6h du matin. Nous sommes à plus de 150 miles des côtes Mauritaniennes. Un point grossit à l’horizon.
Nous surveillons de près cette embarcation car ce secteur n’est pas complètement sûr. Il y a eu quelques cas de piraterie au large. Il peut s’agir aussi de trafiquants qui acheminent des clandestins vers les Canaries.

Emigrer ou mourir. Nous imaginons à peine les conditions de mer que ces miséreux, souvent Maliens ou Sénégalais, supportent pendant plus de 500 miles, sans radio, ni vivre ou eau en quantité suffisante. Entassés dans des embarcations ouvertes au vent et aux embruns, baignants dans leur propre vomi, couverts des morsures d’un soleil brulant, plus d’un tiers y laisseront leur vie. Un fait divers qui ne mérite même plus mention dans nos journaux.

L’embarcation approche. C’est juste un bateau de pêche dans la lumière dorée et diffuse du petit matin.

Cynique situation, dans notre confortable catamaran nous parcourons le chemin inverse vers Dakar.

Mais quel est ce pays que nous sommes en train de rejoindre pour engendrer un tel désespoir?

Comments are closed.